Pourquoi ne faudrait-il pas manger d'animaux ?

On entend souvent cette réponse :

« C'est naturel. »

Non. C'est culturel, pas naturel.
Nous ne sommes pas particulièrement bien équipés pour courser un lièvre, tuer un taureau à mains nues ou attraper un poisson dans l'eau (même si certains filous y arrivent).
On conviendra donc aisément que nous ne sommes pas naturellement de très bons prédateurs.

Par contre nos gènes nous permettent une faculté de transmettre une information et de la garder dans le savoir partagé de notre espèce. Par exemple comment fabriquer un outil, comment s'en servir, quelle période est propice à telle ou telle cueillette ou chasse. C'est ce qu'on appelle la culture. Si l'on veut absolument penser que nous sommes des prédateurs, alors c'est culturellement, pas naturellement.

Mais en fait, vous savez quoi ? On s'en fout de ça.
Si si, je vous promet.

Les gens ne font appel à l'argument naturel que par simplicité, par absence de réflexion.

Le mariage, les maths[1], les autoroutes, Chatroulette, vos chaussures ou votre iPhone sont-ils « naturels » ?

Pour autant, personne ne penserait à les décrier sous prétexte qu'ils ne sont pas naturels ou nous éloignent de notre condition naturelle.[2]

Si des membres du corps médical annonçaient qu'ils ne peuvent pas sauver quelqu'un parce que réaliser un IRM ou faire une biopsie ne sont « pas naturels », les gens hurleraient au scandale, et à juste titre.

On est donc dans un appel à la Nature quand ça arrange, méthode plus connue sous le nom d'« hypocrisie bien grasse ».

Ce dont nous disposons naturellement par contre, au sens évolutionnaire et génétique, c'est d'un sens moral poussé.
Il semblerait qu'il nous permette de nous organiser en groupes plus efficaces, facilitant la transmission d'information, notre capacité la plus importante, sans laquelle chaque génération ne pourrait construire sur l'œuvre des générations précédentes et devrait repartir à zéro.

Hors ce sens moral à tendance à nous dire que tuer sans nécessitée, pour assouvir un plaisir, c'est pas joli joli.

Au bout du compte, l'être humain n'ayant a priori pas besoin de produits animaux pour vivre, et de toute façon pas besoin de produits animaux nécessitant la mort de ces derniers, l'argument naturel en prend donc pas mal pour son grade.
En suivant ce dont la Nature nous a doté (ou plutôt les aptitudes que l'Évolution nous conduit à avoir), on ne justifie pas de bouffer tous les animaux qui passent mais on réfléchit plutôt à la justification à apporter de les tuer pour le plaisir gustatif.

Si vous la trouvez, je suis tout ouïe.

En attendant, la majorité des personnes qui répondent avec évidence « Pourtant c'est naturel ! » quand elles vous demandent pourquoi refuser de manger les animaux le font souvent car elles ne veulent pas, ou bien n'ont pas pris le temps de réfléchir réellement à la portée d'un acte que l'on veut garder le plus banal et sans conséquences possible : se nourrir.

Notes

[1] Les plus poétiques de nos ami/es mathématiciens/nnes nous feront remarquer à juste titre que les mathématiques sont naturelles puisqu'elles ne font que suivre les lois de l'univers.

[2] Hormis quelques luddites et naturalistes du meilleur goût.